What's new ?

   La Donner Party :

 

 

  Alexandre Sokourov,    alternative au cinéma    de masse

  Enterprise : épisodes    et wallpaper du NX-01
  
WorldTv 2 : TV sur PC

  Tutoriel Virtual PC
  
Formation réseau et    Installer un réseau    chez soi !


... et :

  RPG : dossier !

  Windows RG

  Les liens en OR

  Les liens délirants

  Les bidets d' OR

  Best of VANDAMME

  Excusotron

  Régime sportif...


Windows XP
  Optimiser, Multi-boot,    Invite de commandes
  Glossaire

Disquettes de démarrage
  Windows 98 SE, 98    remixed, NT, 2000...
  et d'autres... ici !
 
Younus SHAIKH

 

Crime de religion – Crime d'État

 

Younus SHAIKH, médecin, professeur d'Université et responsable d'une association pakistanaise de défense des Droits des humains, arrêté été le 4 octobre 2000, sur plainte de certains de ses étudiants, été inculpé le 4 octobre 2000 pour "crime de blasphème" au titre de la Section 285-C du code pénal pakistanais : le 18 août 2001, le Tribunal d'Islamabad l'a condamné à mort pour ce chef d'accusation.

Quel est son crime  ? Avoir énoncé une vérité historique, à savoir que n'ayant eu la révélation de l'islam qu'à l'âge de quarante ans, Mohamed, le fondateur de l'islam, est né non-musulman de parents eux-mêmes non musulmans qui, décédés avant la révélation de leur fils, sont morts non-musulmans et que, toujours jusqu'à cette révélation il a vécu en non-musulman en ne se conformant notamment pas à certaines pratiques corporelles musulmanes !

Une vérité historique qui est aussi une évidence du plus simple bon sens : comment avoir pu être hier ce que l'on est devenu seulement aujourd'hui ? comment le beau temps d'hier peut-il  être la pluie d'aujourd'hui ? comment le naturalisé d'aujourd'hui  peut-il prétendre à un effet rétroactif de cette naturalisation du jour de sa naissance à celui de sa naturalisation ? comment l'être vivant, qu'il soit humain ou animal pouvait-il être hier, autrement dit… avant sa naissance ?…

Sans aucun doute, le blasphème de Younus SHAIKH est d'autant plus criminel qu'il est celui d'un militant des Droits des humains et qui, à ce titre, revendique la liberté de conscience et la liberté d'expression et oppose ces Droits à un prétendu droit divin dont l'essence est d'être anti-humain !

Le crime de Younus SHAIKH est d'affirmé son humanité – et celle de tous les humains – contre un ordre politico-religieux qui nie l'humanité.

Dans cette affaire, l'État et la religion révèlent leur véritable nature : celle de l'oppression et de la répression, de l'intolérance, de la morbidité, de l'immoralité – au regard d'une éthique qui ne serait qu'… humaine ! -, du génocide, de l'ethnocide, de l'aliénation… celle d'un Ordre nécessairement liberticide, anti-humain.

Ce crime d'État et de religion se fait avec le silence complice de tos les États, ce qui, somme toute, est naturel au regard de cette solidarité corporatiste qui est celle des bourreaux, des assassins, des… barbares.

Mais il se fait également avec la complicité d'un autre silence : celui de nombreuses O.N.G. qui se revendiquent pourtant de la défense et de la promotion des Droits des humains et, notamment, de la liberté de conscience et d'expression. Et, à mon sens, cette complicité est un crime encore plus abominable que celui des États complices de l'assassinat annoncé de Younus SHAIKH ! Ce crime est plus barbare que celui de l'État pakistanais et de sa soi-disant justice ! Ce crime est plus monstrueux que celui que va commettre concrètement le bourreau qui pendra Younus SHAIKH. ! Il est le crime du mensonge, de l'hypocrisie, de la malhonnêteté aussi bien intellectuelle que morale. Il est une offense aux valeurs et principes humanistes dont elles se réclament : au regard de la Mémoire et de l'Histoire, le silence complice de ces O.N.G. est l'assassinat répété de toutes celles et tous ceux qui ont été tués, massacrés, torturés, emprisonnés, déshumanisés, humiliés… d'avoir voulu seulement être humains contre ces ennemis irréductibles de l'humanité que sont les États et les religions !

Ce n'est pas seulement Younus SHAIKH qui va être assassiné : avec lui, même si ce n'est que symboliquement, vont être assassinés les humanistes, les libres penseurs, les athées, les laïques, les authentiques défenseurs des Droits des humains, les tenants de la raison contre l'imposture, l'obscurantisme, l'ignorance, le mensonge, l'hypocrisie, celles et ceux qui revendiquent leur droit à la différence, quand bien même celle-ci serait… minoritaire, celles et ceux qui pensent que la véritable intelligence est celle du cœur, celles et ceux de l'Unicité contre la conformité et, a fortiori, le conformisme, celles et ceux dont la pensée se veut libre et qui résistent à cette pensée unique, toute d'indigence, d'étroitesse et d'intolérance, que l'on veut leur imposer au nom d'un quelconque modèle, au nom de la Vérité, les militants de la Vie contre les apologistes de la mort, les (éternels) révoltés qui, pour être véritablement, se refusent à renoncer à être au profit d'un quelconque paraître…

L'assassinat de Younus SHAIKH sera celui de la Liberté et donc de cette chose particulière qui fait qu'un certain être vivant est un humain ou une bête : l'Humanité.

Allons-nous laisser faire ? Allons-nous nous laisser faire ?

extrait du site jccabanel.free.fr

Retour en haut - Vous êtes en ce moment !

Ajouter le site à vos favoris | Webmaster


Toutes les images/wallpapers diffusés sur le site www.delrisco.com appartiennent à leur auteurs respectifs, toute utilisation commerciale est strictement interdite sans accord préalable de l'auteur. Toute image/wallpaper présent sur le site peut être enlevé sur simple demande de la part de l'auteur.
Delrisco.com respecte la loi Informatique et Libertés de 1978. Vous disposez , en application de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, des droits d'opposition d'accès et de rectification des données vous concernant.
(c) 2002-2003 delrisco.com - tous droits réservés