Dossier RPG : Le jeu de rôle est sans doute, dans son essence, le propre de l'homme...

  


ADSL

  Testez votre ligne    ADSL par ici !


Windows XP
  Optimisation
  Multi-boot
  Invite de commandes

Disquettes de démarrage
  Windows 98
  Windows 98 SE
  Windows 98 remixed
  Windows ME
  Windows NT
  Windows 2000
  et d'autres... ici !

Nouvelle rom mythique

 


 

Tales of Phantasia


A la télé ce soir


Rien comme d'hab ?
 

Votre résolution 2003 :


  
Etre parfait en tout

   Gérer, organiser,         planifier

   2003, c'est déjà         2003 ?

   A quelle heure ça         ouvre, le Queen ?

   Hé,hé... glander du         mieux possible !


Résultats
 
Dossier RPG : Le jeu de rôle est sans doute, dans son essence, le propre de l'homme...


 

 

Déjà, un peu de vocabulaire:


Et bien, c'est tout simple, mais varié. Il existe de nombreux styles de RPG, que je donne ici dans un désordre profond; ne cherchez pas, vraiment.

 

Le F-RPG est un jeu où l'on se déplace dans un monde composé de villages ou de villes, et d'aires de combat. On peut voir les monstres et ainsi choisir nous mêmes les combats, ou, le plus souvent, ne pas les voir et au bout de quelques pas entendre un "Shhhhhhht" en remarquant que l'écran passe au noir, puis zoome sur une scène de combat. A la fin de la bataille, on gagne de l'expérience, de l'or, et des objets. On choisit les attaques et les actions autres que le déplacement et le dialogue (de plus en plus, on peut effectuer hors combat des attaques pour produire un événement de scénario) grâce à des menus. Ça n'est peut être pas très clair, alors voici des exemples: Final fantasy, Wild Arms, Suikoden, Breath of Fire... Le "F" de "F-RPG" signifie "First", "premier" car c'est le premier type en nombre de jeux produits.

 

Le A-RPG a un représentant très connu...Zelda! Le "A" est mis pour "Action". Le héros est directement maniable avec les touches de la manette: saut, attaque, objet, dialogue... Je ne compte pas ce qu'on appelle à tort "Jeux d'aventure" comme Tomb Raider... A mon avis, il faut un peu plus de réflexion pour faire un vrai A-RPG! Secret of mana, Secret of Evermore, Illusion of time sont d'autres A-RPG (on peut peut-être y inclure d'autres jeux comme Star Ocean ou Diablo).

 

Le T-RPG: "T" comme "Tactical", en français "Tactique". Un genre qui se fait de plus en plus connaître grâce à des jeux comme Shining Force ou Front Mission ou surtout Final Fantasy Tactics, et qui laisse une grande place à la réflexion, une petite à la chance, et, souvent, une bonne à l'initiative. On déplace ses troupes sur une surface, plane ou montagneuse, enneigée ou sablonneuse, puis l'ordinateur fait de même, puis nous de nouveau, et quand deux unités entrent en contact, celui qui se déplace attaque l'autre. Plus que jamais, les compétences basiques dans les RPG, la force, la vitesse...sont importantes, car c'est nous qui choisissons l'adversaire sur lequel on concentre nos forces.

 

Le S-RPG, enfin, est très, très, très peu présent sur console : Might and magic 3, et voilà. Bien que le "S" remplace "Subjective" On se déplace comme dans un A-RPG, on combat comme dans un T-RPG, on discute comme dans un F-RPG....Je pourrais y ajouter les nouveaux genre comme les RPG On line ou les Georama-RPG mais on ne sait pas actuellement les définir de façon claire, alors celui qui trouve, je l'invite à me faire part de sa définition…

Depuis quelques temps, les RPGs ont pris de plus en plus d'envergure en Europe. Mais au Japon, cela fait bien maintenant une décennie que les jeux de rôle sont prisés.
Comment est donc né ce style de jeu qui maintenant est connu de tout le monde sur le vieux continent?
Cette petite rétro va revenir au tout début de la naissance de ce mouvement videoludique afin de vous faire voir les différentes évolutions que ce type de jeu a parcouru pour devenir un must aujourd'hui.

 

I) Des jeux de rôle papier aux jeux vidéo

C'était il y environ 23 ans que les jeux de rôle sur plateau ont été créés grâce à la société encore connue aujourd'hui, Advanced Dungeons & Dragons (AD&D). Pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler, sachez qu'il s'agit de la société responsable des scénario de Baldur's Gate 1 et 2 (PC). Pour y jouer, vous aviez besoin de papier, de dés et d'un bon maître de jeu. Le début des années 80 marque également le début des jeux vidéo.

Kesako un RPG ???
Vous avez dit un jeu de rôle ???


Le jeu de rôle est sans doute, dans son essence, le propre de l'homme. Je m'explique : chaque être humain est en effet le héros de sa propre existence, quel que soit le niveau de cette existence (on s'en fout du reste). Ainsi, telle personne va faire ses courses, va en cours, fait des rencontres; telle autre sera confrontée à des situations peu banales. Bref, chacun vit sa vie comme il (ou son destin) l'entend (au choix). L'autre notion importante qui caractérise l'être humain est sans doute le jeu. Ce domaine, tout comme l'art fait appel à l'imagination. Cela devient n'importe quoi me direz-vous. Oui c'est vrai... Enfin tout cela pour dire qu'il existe une catégorie de personnes qui, pour se divertir ou défendre un point de vue bien précis, s'emploie à utiliser, avec force imagination, des supports divers, comme le livre, la télévision, le cinéma et j'en passe. Et dans certains cas particuliers, nous pouvons "vivre" une partie, sinon la totalité, de la vie d'un personnage tiers. D'autre personnes se complaisent, elles, à simuler la vie des personnages appartenant généralement à un contexte différent du leur, ce qui demande également une certaine dose d'imagination.
Simuler des personnages différents et s'impliquer dans une histoire imaginaire, voilà la base d'un jeu de rôles sur "plateau", qui se joue le plus souvent à l'aide de dés, avec un panel de participants dont le nombre est aléatoire, et qui sont dirigés par une personne que l'on appelle Maître du Jeu. Le RPG (Rôle-Playing-Game ou JDR>Jeu-de-rôle en français) sur plateau, est à l'origine des jeux de rôle informatique, et par voie de conséquence, consoliens. Plus vaste, plus riche, plus interactif, le RPG sur plateau permettait un maximum de liberté de mouvement et d'action. Normal, tous les protagonistes sont humains et les règles , mêmes les mieux définies, comme celles de Rolemaster par exemple, peuvent laisser largement la place à l'imagination et aux situations humainement compréhensibles. Bien entendu, tout dépend aussi du Maître du Jeu, véritable chef d'orchestre qui doit assumer pleinement les éventuelles fausse notes. Le RPG sur plateau fut donc en somme l'ancêtre du jeu de rôle sur consoles. Mais passons à la suite...

 

Du plateau à la console...


Le monde du RPG sur plateau devait inévitablement avoir sa place en tant que programme informatique. Le challenge était trop tentant pour être évité. c'est donc se qui se passa il y a une vingtaine d'années sur PC avec, par exemple, Ultima ou encore Wizardry. Sur console, ce sont les japonais qui, les premiers, ont réussi à recréer cet univers avec un certains succès. Ce fut Dragon Quest sur NES (la console 8-bits de Nintendo), dont le créateur, monsieur Nakamura, est maintenant multi-millionnaire en dollars. Dragon Quest fut en effet le premier jeu à dépasser le million d'exemplaires vendus, et ce en un temps record d'une semaine. Bizarrement, ce titre vit le jour exclusivement au Japon, le concept étant, d'après son créateur, difficilement exportable. De là, le phénomène jeu de rôle prit un essor soudain et tous les éditeurs se mirent à la tâche, dont le sieur Sakaguchi, d'une société encore peu connu à l'époque, du nom de Square Soft. Ce monsieur mit sur le marché le premier Final Fantasy (toujours sur NES). Autre best-seller, autre renommée. Et la lutte au sommet entre les Final Fantasy et les Dragon Quest commença. Si l'un est très nippon dans l'ambiance, malgré le fait qu'il s'agit toujours d'Héroïc-Fantasy, l'autre est plus cosmopolite dans l'âme. Dragon Quest est en effet un des premiers jeux console à avoir vu un dessinateur célébre créer les sprites des persos, la jaquette et le mode d'emploi. J'ai nommé le sieur Toriyama, le père des Dr Slump et autres Dragon Ball. L'effet médiatique fut garanti et cette habile tactique marketing sera reprise par bien d'autre éditeurs par la suite, pas seulement dans le monde des jeux de rôle.
Aujourd'hui, par contre, le marché des mangas étant en légère crise au Japon, les dessinateurs se sont tournés à 100% vers les jeux vidéo, créant des personnages originaux, comme par exemple ceux de Tobal, Tokimeki Memorial ou encore Sakura Taisen. Final Fantasy, quant à lui, restait beaucoup plus discret, préférant s'appuyer sur un scénario riche et, surtout, sur le système de jeu, toujours plus approfondi et plus poussé. Ces paramètres firent d'ailleurs le succès de cette série. Deux styles de jeux de rôle, deux vedettes et, autour, des productions moyennes, voilà en quelques mots résumée la situation des jeux de rôle au Japon dans les années 80.
Avec l'arrivée des consoles 16 bits, le marché s'élargit encore davantage, rendant ce genre le plus populaire au Japon, loin devant les jeux d'action, de plates-formes ou encore de baston. Un bon jeu de rôle était en effet assuré de se vendre par millions de cartouches et déclenchait généralement des files d'attente imposantes devant les magasins de jeux. Cependant, il ne suffisait pas de développer un simple jeu de rôle pour le vendre. De nombreuses "tares" virent le jour sur console, trop pour être exact un peu comme la folie des jeux de baston des années 90 et leur tonnage de grosses daubes à faire couler le plus accro. Finalement, seules cinq séries réussirent à tenir la route : Final Fantasy, Romancing Saga, Dragon Quest, Shin Megami Tensei et Mother. Ajoutez à cela quelques miraculés épisodiques du genre Gdleen, Madara 2, Chrono Trigger ou encore Breath Of Fire et vous aurez un bilan assez complet de ce qui marchait au Japon.
Bon, tout ça c'est bien beau, mais en quoi consiste un jeu de rôle sur console ? C'est ce que nous allons voir maintenant.

 

Kesako exactly... ?


Un jeu de rôle est un jeu dans lequel vous incarnez un - ou plusieurs - héros. Ce héros va être généralement confronté à une situation d'ordre héroïque : sauver telle ou telle personne, voire l'humanité entière, et pourfendre le méchant constitueront la tâche classique du héros d'acier revêtu. Bien entendu, des variantes existent, et il suffit que l'époque situant le scénario soit un tantinet futuriste pour que les objectifs changent quelque peu. Par contre, le système de jeu est pratiquement identique à chaque fois : une phase de recherche vous permettra de découvrir ce que vous aurez à faire ou encore de connaître la prochaine direction à prendre. Des phases de combat égayeront vos déplacements, vous emportant le plus souvent dans un écran particulier. Dans celui-ci, il vous sera demandé, lorsque votre tour (ou round d'action) viendra, de choisir une action parmi plusieurs, comme par exemple attaquer à l'arme, utiliser un sort magique ou encore un objet. Le principe est donc celui d'un RPG sur plateau en version simplifiée. Imaginez par exemple un livre (ou encore un film d'aventure), avec ses héros impliqués dans une histoire des plus excitantes, ses moments de paix, d'angoisses, d'énigmes et d'action comme par exemple un petit "Indiana Jones", une série noire comme "Le Silence des Agneaux", et j'en passe délibérément. Eh bien, un jeu de rôle c'est tout ça, l'ensemble étant juste orchestré par les programmeurs. Comme vous pouvez alors vous en douter, jamais la qualité d'un jeu de ce genre n'a été aussi dépendante des dits programmeurs, le tout étant de bien doser chaque phase sans jamais lasser le joueur. Un jeu de rôle par excellence inclura donc un bon scénario, avec des rebondissements de poids, un bon équilibre entre les recherches qui, sans être rébarbatives, devront quand même demander un peu de jugeote au joueur et les phases d'action (phases de combats) qui devront tirer leur intérêt de l'évolution des persos et de leurs capacités intrinsèques. Un héros qui se répète du début à la fin (mêmes attaques, mêmes techniques) et des ennemis sans aucune originalité et, surtout, sans particularité, ont vite fait d'ennuyer le joueur et de l'éloigner du pad : bon nombre de jeux de rôle ont donc fini dans la poubelle infernale de l'oubli, contrairement aux quelques rares beautés, unanimement applaudies, les splendides Final Fantasy en tête. C'est en l'an de grâce 1977 qu'un certains Gary Gigax, responsable d'une entreprise de chaussures du Milwaukee (l'Etat de Wayne's World et Happy Days) allait avoir une idée qui allait révolutionner le concept du jeu sur la planète entière : c'était un fan de wargames, et toutes ses nuits il les passait avec une bande de potes. Fan qu'il était de Tolkien, il inventa pour ses amis un wargame fantastico-médiéval qui se jouait avec des figurines en plomb. L'idée nouvelle de ce wargame était que les unités acquiéraient de l'expérience à mesure qu'elles tuaient des monstres, ces points d'expérience (XP) augmentaient le pouvoir de chaque unité. L'effet immédiat fut celui-ci : ses amis s'attachèrent à certaines unités qu'ils voulurent jouer individuellement. Gary Gigax écrivit alors de nouvelles règles pour son wargame : elles permirent à chaque joueur d'incarner un personnage unique. Dongeons & Dragons, le premier jeu de rôles était né. Le succès fut immédiat, foudroyant, et et Gary Gigax fonda très vite l'entreprise T.S.R. En un an, il n'était pas une université américaine qui n'avait pas son club de Dongeon & Dragon. En 1981, des centaines de milliers de boites du jeu étaient déjà vendues. Advanced Dongeon & Dragon (une version beaucoup plus complète) s'arrachait partout dans le monde, et deux nouveaux jeux basés sur le même principe sortaient : Runquest et Traveler.

 

II) SQUARESOFT

 

1) Histoire de la société

 

C'est en avril 1986, que cette société nippone vit le jour.
Elle frôla la faillite dès sa première année avant que son concurrent le plus puissant Enix(R) invente le premier jeu de rôle: j'ai nommé bien entendu Dragon Quest.
Pour contrer ce jeu qui fait fureur au Japon, Square se met aussitôt à pondre son bébé qui allait devenir le premier d'une longue et merveilleuse série d'actuellement 10 épisodes (mais le 11è et le 12ème sont déjà en préparation!).Vous avez tous compris qu'il s'agit de Final Fantasy sur Famicom (Nintendo). Ca y est, le RPG est bien né!
Square pourra dire qu'il a crée le premier Tactical RPG avec le jeu Hanjuku Hero sorti sur la NES en 1989 et la même année sort Final Fantasy 3.
L'année suivante, Square sort le premier épisode d'une autre longue série qui n'est autre que celle des Romancing SaGa à savoir Final Fantasy Legend 1 sur la console actuellement la plus vendu au monde, la Game Boy(R).

En 1991, Square se dépêche de pondre la quatrième couvée de la série des Final Fantasy mais cette fois ci sur notre bonne vieille Super Nintendo(R). La même année, Square crée la série des Seiken Densetsu en créant Final Fantasy Adventure sur Game Boy(R) et continue sa série des Romancing Saga avec la suite du premier Final Fantasy Legend 1 toujours sur la Game Boy(R).
En 1992, nous assistons tous à la sortie du hit Final Fantasy 5, du troisième Final Fantasy Legend fidèle à la Game Boy(R) et à la sortie su fameux Mystic Quest.

En 1993, Square arrive à détrôner son rival Nintendo et son Zelda 3 grâce à son Secret of Mana alias Seiken 2 (bien sur je pense que vous n'y avez pas coupé car c'est le seul épisode à être sorti chez nous) Square nous pond de plus le second opus de la série des Romancing Saga ainsi que Secret of Evermore.

En 1995, Square sort pour tout le monde aujourd'hui  le meilleur et sixième épisode de la série des FF et sort le premier Front mission, Romancing Saga 3, l'incroyable Chrono Trigger, le fabuleux Seiken 3 et le très bon Front Mission 2, et distribue le hit de Capcom: Breath of Fire.

 

En 1996, nous assistons à la sortie du merveilleux Bahamut Lagoon et du sensationnel Mario RPG fait pour les besoins de Nintendo ce qui marque à jamais le divorce avec le géant japonais!(N.B.: le second Mario RPG vient de sortir sur la N64 et je vous encourage à l'acheter car il est génial!) Mais la fin de janvier 1997 voit l'arrivée de Final Fantasy 7 (qui d'ailleurs devait sortir sur N64) sur Playstation. Cela a pour conséquence de relancer la magie RPG. La puissance de la console de Sony aidant,  le jeu bénéficie d'une puissance graphique inégalée.. En effet, cet éditeur développe des jeux d'une réalisation et d'une beauté exemplaires, devenant ainsi le leader incontesté du marché. Final Fantasy Tactics et Xenogears, pour ne citer qu'eux, font un malheur auprès des joueurs.
Ensuite, Square créé sur PSX
  Final Fantasy et sort le premier Saga Frontier qui est assez décevant.
En 1998, Square fait la même année Final Fantasy 8 et Saga Frontier 2.
Récemment, nous avons eu affaire à Final Fantasy 9, à Legend of mana et à Vagrant Story , ainsi qu'au fabuleux
  Chrono cross (pour plus de détails, voir la suite et en bas pour les hits à venir de cette firme japonaise).

 

suivant

 

Wallpaper du moment :

 

Nouveaux Wallpapers !
 

Hoverdesk du moment :

 

Tous les Thèmes !

 


Le cadeau de régis

 



Coup de coeur

 

 

Final Fantasy VI


Sondage du mois

Vous trouvez les sondages...

  Très cools !

  Assez sympas !

  Inutiles !

  Bof...

  D'une débilité rare !
La Newsletter

 






Retour en haut
 
Ajouter le site à vos favoris | Webmaster | 
 
 

Toutes les images/wallpapers diffusés sur le site www.delrisco.com appartiennent à leur auteurs respectifs, toute utilisation commerciale est strictement interdite sans accord préalable de l'auteur. Toute image/wallpaper présent sur le site peut être enlevé sur simple demande de la part de l'auteur.
Delrisco.com respecte la loi Informatique et Libertés de 1978. Vous disposez , en application de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, des droits d'opposition d'accès et de rectification des données vous concernant.
(c) 2002-2003 delrisco.com - tous droits réservés

Jeux

Test, ROM FR, Action Replay, Musique, Wallpaper et
soluce de Final Fantasy VI (FF6)

 

Test et soluce de Final Fantasy VII (FF7)

 

Test et soluce de Final Fantasy VIII (FF8)

 

Test, soluce, wallpapers de Final Fantasy IX (FF9)